“C’est le moment ou jamais d’être agile”

Lundi 16 mars 2020, par Nicolas Monier

Alors que la France entre dans une période d’hibernation économique sous les coups du coronavirus, une autre forme de résilience devra nécessairement voir le jour. Nous avons demandé à Marie Hombrouck, ancienne avocate, devenue chasseur de tête, ce qu’elle pensait de cette situation exceptionnelle.

 

Quel est votre sentiment sur cette crise totalement inédite ?

 

Je suis d’un naturel optimiste. Nous réussirons à nous adapter. Évidemment, cette phase de choc,suite aux décisions du gouvernement, va conduire certains de nos concitoyens à alterner différentes phases. Certains seront euphoriques, d’autres beaucoup plus dépressifs. Il va y avoir une semaine de sidération avant de reprendre les manettes. La part d’acceptation va reprendre le dessus. Nous allons devoir réorganiser notre travail. Nous ne serons plus du tout à 100 % mais l’humain va s’adapter comme il l’a toujours fait. Le point de rendez-vous à la traditionnelle machine à café pourra être remplacé par des séances de vidéo conférence. Regardez, c’est déjà à l’œuvre. Jamais autant  l’application Zoom [services de conférence à distance] n’a été téléchargée depuis ces derniers temps.

 

Tout semble subitement à l’arrêt. N’est-ce pas votre sentiment ?

 

Non, je ne le crois pas. Les entreprises, qui sont obligées de recruter, devront le faire. J’ai le cas entête d’un groupe sous le coup d’une menace financière de l’AFA (Agence française anticorruption).Pour éviter d’être saisi au portefeuille, l’entreprise doit impérativement recruter. Je peux vous garantir qu'elles le feront. De manière différente mais ils elles le feront. Un de mes clients cherche également un nouveau directeur juridique dans le cadre d’un départ à la retraite prévu cet été. Nous allons lancer les phases de recrutement. Nous passerons par des séances en visioconférences avant de mener deux ou trois entretiens individuels physiques. Mais quoiqu’il arrive, il faudra s’adapter.C’est le moment ou jamais d’être agile et d’utiliser enfin ce concept que l’on entend à tour de bras depuis quelques années.

 

Cela demeure néanmoins assez sidérant. Comment les organisations font-elles face ?

Effectivement, des cellules de gestion de crise se mettent en place. Tout cela autour de plusieurs axes.Le juridique tout d’abord pour mettre en place les solutions de télétravail. Mais également, le psychologique pour tenter de rassurer les salariés face à cette situation nouvelle et exceptionnelle. Et enfin, la réorganisation du travail en elle même car il faut bien que la machine se remette en route.Mais attention, les grands groupes, les plus ‘processés’, seront ceux qui mettront le plus de temps à s’adapter au contraire des petites structures plus souples. Je vais vous donner un exemple. Un de mes amis tient le restaurant l’As du Fallafel à Paris. Depuis dimanche, il est fermé par mesure de précaution. Que va-t-il faire ? Mettre en place un système de livraison qu’il ne proposait pas en temps ordinaire ! 

Nous contacter

* Les données personnelles communiquées sont destinées à Ako et sont nécessaires aux fins de vous contacter. Pour en savoir plus sur vos droits et sur le traitement de vos données

vous pouvez exercer vos droits d accès, de rectification, d’effacement, de limitation du traitement, d’opposition et de portabilité à l’adresse suivante: contact@associees.fr
Vous pouvez également adresser une réclamation à la cnil : www.cnil.fr/fr/rgpd-de-quoi-parle-t-on ou obtenir plus d’infos sur le traitement des données en consultant notre politique de protection des données en cliquant sur politique de confidentialité)